Philip Pullman, auteur antithèse de C.S Lewis.

Steampunk!!! Quel ésthetisme! Je suis séduit par la forme: ses dirageables rutilent, ses véhicules a vapeur!

Oui mais voila ça n’est pas tout, il a aussi le fond. Or, Philip Pulman auteur du cycle  » A La Croisée des Mondes », dont c’est ici l’annonce de l’adaptation filmique du premier opus, est a l’athéisme ce que C.S Lewis est au catholicisme. Ses écrit se révèlent comme une antithèse de Narnia.

Je dois avoué que je n’ai pas lu le cycle « A la croisée des mondes » (et je me demande encore si je vais le faire) mais en tant que fervent de l’oeuvre de Lewis, je voulais faire ce petit billet de mise en garde.

Voici un passage de l’interview donner par Philip Pullman à la Fnac:

La FNAC:   Dans « Le Miroir d’ambre », le troisième et dernier volume de la trilogie, vous apportez une vision particulière d’Eve et du péché originel.
Philip Pullman:Toutes les religions (catholique, protestante, juive…) ont parlé du péché originel (lorsque Eve a croqué la pomme au paradis et a acquis la connaissance) en le considérant comme une chose terrible, une grande chute. Or je pense, au contraire, que ce péché était une bonne chose. C’était le premier pas vers la sagesse, vers la connaissance. Car l’innocence ne peut être sage et la sagesse ne peut être innocente. Il faut perdre son innocence pour devenir complètement adulte, complètement humain. Et c’est là que les Eglises ont tort. Si le péché originel n’avait pas eu lieu, nous serions certes restés dans le paradis terrestre mais avec la conscience d’un petit animal. Il était nécessaire de perdre cette innocence.

La FNAC: Dans cette trilogie, vous êtes très critique envers la religion et notamment envers les Eglises.
Philip Pullman:Les fondateurs des religions – Jésus-Christ ou Bouddha par exemple – avaient une conception de Dieu tournée vers l’amour. Or, et l’histoire de l’humanité le prouve, dès que vous avez des organisations religieuses, des Eglises, des hiérarchies, cela devient politique, une question de pouvoir sur les autres. Très vite on en arrive à tuer tous ceux qui pensent différemment. C’est pour ces raisons que je critique l’Eglise.

Je citerai encore cet article paru sur Elbakin, site d’actualité et d’analyse de la fantasy bien connu:

« Philip Pullman – auteur de la superbe trilogie A la Croisée des Mondes – a fait référence à Narnia comme à « l’une des chose les plus horribles et venimeuses que j’ai jamais lu. » Pourquoi ? Parce qu’il y a dans Narnia une Chrétienté musclée et Républicaine parfaite pour l’Amérique, cette touche de néo-fascisme maladroit et contrefait qui pense que la force fait office de vérité ».

Je ne riposterai pas ici vu que l’article d’Elbakin le fait déjà très bien.

Dois-je lire les romans de P.Pullman ou me contenter des adaptations filmiques? Je n’ai pas encore pris ma décision…

Publicités
Published in: on juillet 19, 2007 at 1:49  Laisser un commentaire  

The URI to TrackBack this entry is: https://fredericsierra.wordpress.com/2007/07/19/philip-pullman-auteur-antithese-de-cs-lewis/trackback/

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :